A la Une Voir tout

Voir Tout Voir Tout

KOUNTHIA: des agents d’EDG passés à tabac

in Actualités/Société

Une équipe de la société EDG (Electricité de Guinée) a été lynchée par des citoyens en début de week-end à Kounthia, précisément dans le secteur situé en face d’OAS.  Au cours des échauffourées, un jeune agent dont le nom n’a pas été communiqué par l’opérateur d’électricité a particulièrement été affecté. Roué de coups par des jeunes surchauffés, il aurait pu y laisser la vie. A l’origine, une histoire de factures non payées.

De sources concordantes, l’équipe d’EDG a sillonné la zone durant toute la semaine, avec pour mission de débrancher du réseau électrique toutes les concessions qui restent devoir des factures impayées à l’entreprise.  Sauf qu’en plusieurs, la résistance a été des plus fortes.

C’est ainsi qu’au niveau de la dernière concession, le responsable de la famille se serait lui-même opposé à la montée des agents d’EDG sur le poteau duquel la demeure est branchée.  De fil en aiguille, les discussions ont débouché sur une chaude dispute. Dans la confusion totale et les nerfs surchauffés, un des agents d’EDG auraient proféré des injures contre le vieil homme. Ce fut la goutte de trop. Les jeunes ont vertement répliqué « La situation a finalement dégénéré. Les jeunes ont commencé à jeter des pierres contre l’équipe d’EDG.   Tous les autres agents ont pris la poudre d’escampette, sauf celui-là même qui est accusé d’avoir tenu des propos injurieux.  Ainsi, ce dernier a été attaqué et battu. Pour un premier temps, il a réussi à s’enfuir, mais il a encore commis l’erreur de s’arrêter au bord de l’autoroute. Là, il a fallu l’intervention des sages pour éviter le pire », explique un témoin.

Informé, l’agence de l’EDG a envoyé une équipe pour mettre tout le secteur hors circuit, à partir du transformateur. Selon un agent de la société, le concessionnaire qui s’est opposé à l’équipe doit près de 4 millions de facture impayée.

Aux dernières nouvelle, les négociations sont en cours pour redonner du courant aux autres citoyens de la localité qui s’acquittent de leur obligation vis-à-vis d’EDG.

La rédaction

Partager

L’article KOUNTHIA: des agents d’EDG passés à tabac est apparu en premier sur ledjely.com.

Societé Affaire 3è mandat : Lansana Diawara de la Maison des Associations appelle les promoteurs à la retenue

in Actualités/Société

Societé

Affaire 3è mandat : Lansana Diawara de la Maison des Associations appelle les promoteurs à la retenue

Inauguré récemment en présence de plusieurs invités, le siège national de la Maison des Associations et ONG de Guinée sis au quartier Yimbaya, dans la commune de Matoto continue de recevoir ses membres presque tous les jours pour des séances de formation ou assemblée citoyenne.

Ce samedi 16 mars, l’assemblée générale citoyenne de cette structure de la société civile guinéenne a été présidée par son coordinateur national, Lansana Diawara qui avait à côtés plusieurs de ses collaborateurs. Outre les nombreuses personnes venues de ses différentes structures membres, cette assemblée a connu la présence de Bouba N’Diaye au titre d’invité spécial de la semaine.

Au terme de ladite assemblée, Lansana Diawara a bien voulu se confier en ces termes : « L’assemblée citoyenne est un cadre de dialogue et de concertation, d’interpellation et de proposition à l’égard des pouvoirs publics, des politiques mais également des citoyens. Donc, pour moi, cette définition est importante et fondamentale puisque c’est une innovation que nous avons apporté au sein de notre plateforme… »

S’agissant du débat autour d’un éventuel 3è mandat pour le président Alpha Condé, il a tenu à préciser : « Pour parler exactement du problème du 3è mandat, je crois que le principal concerné qu’est le président Alpha Condé ne s’est jamais prononcé sur cette question. Il n’a jamais dit qu’il allait se représenter ou pas, bien que nous savons tous que c’est une question qui est déjà résolue d’avance par notre constitution. Tout le monde sait que la constitution a verrouillé cette partie. Ceux qui sont en train de marchander ou de faire la promotion de cette idée, je pense que c’est très dangereux pour notre pays. Par conséquent, je les appelle à plus de retenue et de sagesse  parce que ça y va de la grandeur de ce pays. Je pense d’ailleurs qu’à la dernière minute, le président Alpha Condé va surprendre l’ensemble des Guinéens. Car, nous nous souvenons qu’il a dit qu’il souhaite être un Mandela de la Guinée. Et pour être Mandela de la Guinée, cela demande une certaine rigueur et une certaine valeur qu’il faut incarner. J’espère qu’il ne va pas souiller ces valeurs et qu’il sortira par la grande portes et non par les fenêtres. »

Plus loin, il a affirmé qu’en tout état de cause, « nous de la Maison des Associations et ONG de Guinée, nous sommes en train de remobiliser la troupe avec un esprit citoyen et républicain pour faire face à un d’éventuel enjeu qui pourrait freiner le pays. Et ça, nous n’allons pas nous laisser faire. Notre slogan est très clair, ‘’c’est la République ou rien’’. Que Paul ou Pierre parle, ce n’est pas notre problème. Nous attendons que le président Alpha Condé nous dise ‘’je veux un 3è mandat’’. Dans ce cas, il y aura un véritable débat qui va se poser. Les valeurs républicaines vont agir et le pays sortira de l’ornière pour bon », a-t-il martelé.

Youssouf Keita

+224 666 48 71 30

Aéroport de Conakry : les fouilles se font manuellement, le scanner de la compagnie française en panne

in Actualités/Société

Aéroport de Conakry : les fouilles se font manuellement, le scanner de la compagnie française en panne

Cette nuit, l’aéroport international de Conakry-Gbessia ressemble à s’y méprendre à l’aéroport international de Maiquetía Simón Bolívar de Caracas. Non pas à cause d’une panne géante d’électricité mais parce que les fouilles se font manuellement. Et pour cause, le scanner de la compagnie Air France est en panne. Les nombreux candidats au voyage sur Paris sont fouillés manuellement. Vous vous croirez dans la capitale du Venezuela, pays de Nicolas Maduro.

« Le scanner de la douane marche normalement. C’est celui de la compagnie Air France qui est en panne. Ça fait peur avec tout ce qui se dit à travers le monde autour de la sécurité des vols. Si une fouille n’est pas sérieuse, ça inquiète », confie à Mediaguinee un passager sur un ton dépité.

Cette situation doit interpeller les autorités au plus haut niveau. La sécurité dans les vols doit être une priorité de tous.

Noumoukè

Face à Alpha Condé, selon Dalein, ‘’la rue ne doit pas être toujours le seul moyen …’’

in Actualités/Politique

La présence des postes d’appui sur l’axe Hamdallaye-Kagbelen ne constitue pas la cause de l’arrêt des manifestations de rue. Du moins selon le président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG). Cellou Dalein Diallo rappelle que le pouvoir en place a interdit toute protestation.

L’article Face à Alpha Condé, selon Dalein, ‘’la rue ne doit pas être toujours le seul moyen …’’ est apparu en premier sur Vision Guinee.

Attaque contre des mosquées en Nouvelle-Zélande, au moins 49 morts : ce que l’on sait

in Actualités/International/Société

Après les deux attaques perpétrées dans des mosquées de Nouvelle-Zélande vendredi qui ont fait au moins 49 morts, de nombreux points restent à éclaircir. « Pour ce que nous en savons, (l’attaque) semble avoir été bien planifiée », a indiqué la Première ministre Jacinda Ardern, pour qui il est « clair qu’on ne peut que décrire cela comme une attaque terroriste ».

Deux mosquées attaquées, au moins 49 morts

Les attaques ont été perpétrées vendredi à l’heure de la prière dans deux mosquées de la ville néo-zélandaise de Christchurch, la mosquée Masjid al Noor dans le centre de la ville, où 41 personnes ont péri, et une seconde mosquée, à Linwood, dans la banlieue, où sept personnes ont été tuées dont trois devant le bâtiment. Une autre victime est décédée à’ l’hôpital.

On ignore pour l’heure la temporalité des attaques.

Un témoin a raconté au site internet d’information Stuff.co.nz qu’il était en train de prier à la mosquée Masjid al Noord sur l’avenue Deans quand il a entendu des tirs. En prenant la fuite, il a vu sa femme morte devant l’édifice religieux.

Qui sont les victimes ?

Le dernier bilan des attaques fait état de 49 victimes et 20 blessés graves. Des témoins ont raconté avoir vu des corps d’enfants parmi les morts.

Aucune victime n’a été identifiée pour l’heure. Mais plusieurs nationalités étaient représentées dans les mosquées visées.
Parmi les présents figuraient six Indonésiens, dont trois sont en sécurité, selon le ministre indonésien des Affaires étrangères Retno Marsudi qui ajoute que les recherches se poursuivent pour déterminer le sort des autres.

Un Saoudien, deux Malaisiens, deux Turcs et un nombre non identifié de Jordaniens figurent parmi les blessés.

Selon un porte-parole de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) à Genève, « de nombreux réfugiés et migrants se trouvent parmi les morts et les blessés ».

Au moins trois arrestations, combien de tireurs ?

Le nombre exact de tireurs n’a pas été communiqué ou n’est pas connu mais les autorités néo-zélandaises ont annoncé trois arrestations, ajoutant avoir inculpé un homme pour meurtres. La Première ministre parle d’une attaque « planifiée ».

Le tireur de la mosquée Masjid al Noor a été identifié comme étant un ressortissant australien. Le Premier ministre australien Scott Morrison l’a décrit comme « un terroriste extrémiste de droite ».

La police a précisé des engins explosifs improvisés avaient été désarmés par les militaires.

Une attaque filmée en direct et un manifeste

Selon une analyse de l’Agence France Presse, qui a vérifié l’authenticité des images, un tireur a publié des images de l’attaque de la mosquée Masjid al Noor en direct, sur lesquelles on voit l’assaillant tirer sur des fidèles à bout portant. Des images que la police demande de ne pas relayer. « Nous déconseillons fortement de partager le lien. Nous travaillons à ce que ces images soient retirées ».

Un « manifeste » a été publié vendredi matin sur un compte Twitter portant le même nom et la même image profil que la page Facebook ayant diffusé l’attaque en direct. Intitulé « le Grand remplacement », ce document de 73 pages déclare que le tireur voulait s’en prendre à des musulmans. Le titre semble être une référence à une thèse de l’écrivain français Renaud Camus sur la disparition des « peuples européens », « remplacés » selon lui par des populations non-européennes immigrées, qui connaît une popularité grandissante dans les milieux d’extrême droite.

Dans le manifeste, le tireur dit qu’il est né en Australie dans une famille aux revenus modestes et avoir 28 ans. Il déclare que les moments clé de sa radicalisation ont été la défaite de la dirigeante d’extrême droite Marine Le Pen à la présidentielle française de 2017 et une attaque au camion qui a fait cinq morts à Stockholm en avril 2017, dont une fillette de 11 ans.

Niveau d’alerte élevé en Nouvelle-Zélande

La Nouvelle-Zélande, pays réputé pour sa faible criminalité, a relevé son niveau d’alerte à la sécurité de bas à élevé. Par mesure de précaution, l’armée a fait exploser deux sacs qui semblaient abandonnés près d’une garde d’Auckland.

La police a demandé aux fidèles d’éviter les mosquées « partout en Nouvelle-Zélande ». Selon le recensement de 2013, quelque 46 000 personnes s’identifiaient comme musulmanes en Nouvelle-Zélande, soit un peu plus de 1% de la population totale.

La petite communauté musulmane de Nouvelle-Zélande était sous le choc vendredi alors qu’elle estimait jusque là vivre « dans le pays le plus sûr au monde ».

Crédit photo : AFP

L’attentat ce vendredi en Nouvelle-Zélande, si la piste d’extrême-droite est confirmée, rappelle le massacre commis par le néo-nazi Anders Breivik en Norvège en 2011, qui avait fait 77 victimes.

D’autres attaques d’extrême-droite ont été commises ces dernières années. En janvier 2017, six fidèles ont été tués dans une mosquée de Québec, au Canada. L’auteur de la fusillade a été condamné à la prison à perpétuité. Le 19 juin 2017, au Royaume-Uni, un Gallois de 48 ans avait foncé au volant d’une camionnette dans la foule des fidèles qui sortaient d’une prière nocturne du ramadan dans le nord-est de Londres, faisant un mort et douze blessés

Cet article Attaque contre des mosquées en Nouvelle-Zélande, au moins 49 morts : ce que l’on sait est apparu en premier sur Guineemail.

La cyberguerre : une guerre illégale, mais pratiquée sans vergogne par les grandes puissances

in Actualités/International/Politique

Par Valentin Vasilescu

Le général prussien Carl von Clausewitz a déclaré que la guerre est une continuation de la politique par d’autres moyens. Nous assistons aujourd’hui à de nouvelles formes de conflit, dans lesquelles de grandes superpuissances utilisent certaines formes de guerre hybride (économique, sociale, énergétique, cybernétique, etc.). La différence entre la guerre classique et la guerre hybride est que cette dernière est réalisée par des intermédiaires non officiellement reconnus, avec des méthodes de l’insurrection et du terrorisme. Leurs actions sont dirigées exclusivement contre les civils d’autres États.

Par le biais de techniques de pression, de désinformation et de propagande, les médias internationaux sont également utilisés dans la guerre hybride en inventant un conflit moral au sein de la société de l’état cible. Le résultat est la création d’une réalité alternative, qui installe la méfiance dans l’ordre constitutionnel, et oriente la perception de la population du pays ciblé vers un modèle imposé par la superpuissance mondiale commanditaire de l’opération.

La construction de la centrale hydroélectrique Guri au Venezuela a commencé dans les années 60. Elle fournit 80% de l’électricité du pays. La mise à niveau du système de contrôle des générateurs a eu lieu en 2007 et 2009 avec l’introduction d’un logiciel de Siemens. Coïncidence ? Au milieu de la campagne visant à changer illégalement le régime de Caracas par les États-Unis, le système de contrôle de Guri a fait l’objet de cyberattaques à plusieurs reprises au cours de la semaine écoulée. Cette attaque ne pourrait être que l’œuvre d’un État, d’une grande superpuissance.

L’une des formes de guerre hybrides les plus récentes est l’utilisation de cyberattaques pour mettre hors service les infrastructures d’un État, en particulier les services publics (eau, électricité, chauffage, médicaments, nourriture, etc.). Cette violation du droit international, sans limites ni restrictions, est due en l’espèce à la position dominante occupée par les grandes superpuissances et à l’intégration technologique du monde leur permettant d’obtenir ou de maintenir la suprématie dans une zone géographique.

En janvier 2011, le New York Times a rapporté l’existence d’un programme cybernétique (Jeux olympiques) lancé en 2004, autorisé par le président George W. Bush et accéléré par son successeur, Barack Obama. Initialement, le programme visait à créer un antidote contre l’armement nucléaire de l’Iran. Plus tard, il a été amplifié et diversifié, donnant lieu à un nouveau programme (Nitro Zeus) par lequel les États-Unis ont laissé l’ensemble du territoire iranien sans électricité grâce à une cyberattaque. La NSA est le plus grand employeur de mathématiciens dans le monde. Ce sont probablement ceux-ci qui ont recommandé les algorithmes de ces virus, et les géants américains de l’informatique ont coopéré avec les agences d’espionnage américaines dans cette direction.

Stuxnet était un virus utilisé en 2010 pour infecter l’équipement de contrôle (fabriqué par Siemens) des centrifugeuses iraniennes à Natanz. Le virus a agi sur la vitesse de rotation des centrifugeuses et les a détruites. Parmi les révélations de Snowden sur Der Spiegel, il y a aussi la confirmation que Stuxnet était le résultat d’une collaboration américano-israélienne. Kaspersky Lab a découvert plus tard des virus plus puissants, Flame et Duku, qui semblent être des produits du programme Nitro Zeus. Ils ont été utilisés pour le vol massif de données stratégiques militaires, la manipulation des échanges de produits de base et à d’autres fins.

Ainsi, les technologies de pointe et l’intégration économique donnent aux grandes puissances mondiales la capacité de mener des opérations mondiales sans recourir à la force militaire. En 2017, Nikolai Patrushev, secrétaire du Conseil de sécurité de la Russie, a déclaré que la Russie appelait à la mise en œuvre de règles de cybersécurité. Si les autres États refusent de répondre à cet appel, la Russie commencera à créer sa propre législation. Récemment, la Douma d’Etat de Russie a voté pour le « Programme national d’économie numérique », qui prévoit une protection en cas d’attaque informatique massive lancée de l’extérieur du pays.

Valentin Vasilescu

Traduction AvicRéseau International

Cet article La cyberguerre : une guerre illégale, mais pratiquée sans vergogne par les grandes puissances est apparu en premier sur Guineemail.

Boké: Tenue de la 1ère session budgétaire de la Commune

in Actualités/Economie

La 1ere session budgétaire du conseil communal qui s’est tenue du mardi, 12 à jeudi, 14 Mars 2019 au siège de la Mairie de Boké, a abouti à l’adoption du budget communal qui s’équilibre en recettes et en dépenses à un montant de 5 milliards 272 millions 694 mille 994 francs guinéens.Le conseil a aussi formulé les recommandations  liées à la mise en place des commissions techniques.Parmi ces recommandations, le payement des taxes journalières par les personnels des sociétés, l’aménagement des cimetières, la valorisation des sites touristiques,  l’organisation des groupements féminins et associations de jeunesse autour des activités génératrices de revenus, l’implication de la commune dans la gestion des contrats de bail ou de location.A en croire au Maire de la commune urbaine de Boké, Honorable Mamadouba Tawel Camara, les 60% du budget communal seront alloués à l’investissement des infrastructures scolaires, éducatives, sanitaires.Pour impulser le développement local, le président du conseil communal de Boké a mis des commissions dites” aménagement du territoire, Passation des marchés, développement local et environnement, santé, éducation et affaires sociales, emploi des jeunes, sécurité, informations et sensibilisation.Enfin, le maire a promis d’user de toutes ses énergies pour mettre un terme aux crises qui assaillent ses citoyens.Au nombre de ces crises, le manque d’eau potable, les barricades nocturnes, l’insécurité.

Mamadouba Camara, correspondant www.kababachir.com à Boké

LDC : Decouvrez le tirage au sort complet des quarts de finale

in Actualités/International/Sport

L’UEFA a procédé au tirage au sort des quarts de finale de ligue des champions ce vendredi à Nyon en Suisse. En quête de ce trophée depuis 23 ans, la Juventus Turin jouera l’Ajax Amsterdam tombeur du Real Madrid au précédent tour et on aura un choc entre le FC Barcelone et Manchester United.

Pour le reste, Liverpool qui a éliminé le Bayern Munich affrontera le FC Porto et un choc anglais qui va opposer Tottenam et Manchester City.

Les rencontres sont prévues les 9 et 16 avril 2019

Le tirage complet :

Ajax Amsterdam – Juventus

Liverpool – Porto

Tottenam – Manchester City

Manchester United – FC Barcelone

Yagouba Diallo

Génocide au Rwanda: nouvelles révélations sur la position française

in Actualités/International/Politique

Un ancien général français, Jean Varret, fait des nouvelles
révélations sur la position française lors du génocide des Tutsis.
L’ex-chef de la mission de coopération militaire française au Rwanda dit
s’être opposé au soutien que Paris apportait au président Habyarimana,
mais sans succès.

Selon l’officier, aujourd’hui âgé de 84 ans, le chef d’état-major
de la gendarmerie rwandaise, le colonel Pierre-Célestin Rwagafilita, lui
aurait dit dès 1990 que la minorité tutsie devait être « liquidée ».
C’est à nos confrères de la radio France Inter et du média en ligne
Mediapart que le général Varret s’est confié. Près de 25 ans plus tard,
il revient sur le génocide des Tutsis au Rwanda et évoque le rôle de la
France.

Il revient notamment sur un tête-à-tête qu’il a eu avec le colonel rwandais, Pierre-Célestin Rwagafilita : « Et
là, il me dit : “On est en tête-à-tête, on est en militaires, on va
parler clairement. Je vous demande ces armes, car je vais participer
avec l’armée à la liquidation du problème”. Devant mon étonnement, il
dit
 : “Le problème, il est très simple. C’est que les Tutsis ne
sont pas très nombreux, on va les liquider”. Il me dit ça très
clairement.
 »

Risque réel

Pour le général Varret, le risque de génocide était donc réel. Il dit d’ailleurs avoir fait remonter cette information du côté de l’armée française. Des responsables qui n’auraient pas donné suite : « Aucune. Parce qu’ils n’ont pas voulu prendre en compte les risques de cette politique de soutien à Habyarimana. Bien malheureusement, l’histoire a prouvé que c’était une faute, plus qu’une erreur, puisque ça a débouché sur un génocide. »

Le mois prochain, le Rwanda s’apprête à commémorer les 25 ans du génocide. Le président français est officiellement invité. L’Elysée n’a, pour l’instant, pas fait connaître sa réponse. Emmanuel Macron a simplement répondu que la France serait représentée.

Avec RFI

PAUL MOUSSA DIAWARA: «je m’inscrit en faux contre les accusations de détournement dont je suis victime »

in Actualités/Société

Accordant un entretien cette semaine à notre rédaction, l’ex-directeur général de l’OGP, Paul Moussa Diawara accusé par le gouvernement Kassory  de  détournement de près de 44 milliards de nos francs, soutirés des caisses de l’Office Guinéen de Publicité,  a déclaré : « Je suis un présumé innocent. Ce n’est pas moi qui l’ai dit, c’est la justice. Malgré tout, je reste attaché étroitement aux idéaux du Pr Alpha Condé  ».

Le président du MPD,  Paul Moussa DIAWARA a indiqué qu’il reste un citoyen guinéen libre. Car dit-il, « mes   activités politiques n’ont rien à voir mes activités administratives. Donc, je reste membre à part entière  de la mouvance présidentielle ».

«Je suis président d’un parti politique allié d’Alpha Condé au RPG Arc-en-ciel. Et tant que partenaire de la mouvance présidentiel, je pense que je dois continuer à apporter ma modeste contribution au développement au parti au pouvoir. Donc, m’accuser de détourner les fonds des caisses de l’OGP, je m’inscris en faux. C’est pourquoi, la justice m’a déclaré « présumé innocent » dans cette affaire fabriquée en toute pièce juste me salir. La vie en dira plus  », a précisé notre interlocuteur.

Makho K.

L’article PAUL MOUSSA DIAWARA: «je m’inscrit en faux contre les accusations de détournement dont je suis victime » est apparu en premier sur Le Verificateur.

Go to Top