Monthly archive

janvier 2019

Kassory Fofana promet des élections législatives transparentes

in Actualités/Politique

Ce mercredi 30 janvier au palais de la colombe, à l’ouverture des travaux de la troisième session du dialogue politique entre la Guinée et l’Union européenne (UE), le Premier ministre a rassuré la classe politique de la volonté du gouvernement à veiller à l’organisation d’élections législatives transparentes.

L’article Kassory Fofana promet des élections législatives transparentes est apparu en premier sur Vision Guinee.

Coopération : vers la tenue d’une session sur l’accord politique Guinée-Union Européenne

in Actualités/Non classé

En prélude à la tenue de la troisième session du dialogue politique au titre de l’article 8 de l’accord de Cotonou, le Premier ministre, Chef du Gouvernement a présidé ce jour une réunion préparatoire avec les acteurs de la partie guinéenne.
Cette rencontre qui se tiendra, ce 30 janvier, dans la capitale guinéenne sera l’occasion pour les acteurs de la partie guinéenne, réunie autour du Chef du Gouvernement, Ibrahima Kassory Fofana, de débattre de la coopération entre la Guinée et l’Union Européenne, acquis et perspectives, consolidation de la démocratie et renforcement de l’État de droit, migration et échanges commerciaux, investissements et environnements des affaires.
Cette troisième session du dialogue politique Guinée-UE se déroulera de manière interactive, suivant un format qui accorde plus d’espace au débat entre les deux parties sur les différentes thématiques retenues. L’accord de Cotonou est le cadre général dans lequel s’inscrivent les relations entre l’Union Européenne, d’une part, et les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP), d’autre part. Il s’agit de l’accord de partenariat le plus complet entre des pays en développement et l’UE car il concerne les relations de l’Union Européenne avec 79 pays, dont 48 pays d’Afrique subsahariens.
Pour cette troisième session prévue ce mercredi à Conakry, le dialogue politique sera mené de manière franche, équilibrée et inclusive en vue d’obtenir les résultats en faveur de l’institutionnalisation du dialogue politique au titre de l’article 8 et la mise en place d’un mécanisme pérenne de suivi de coordination pour les prochaines sessions. En plus les travaux de cette session doivent favoriser une compréhension mutuelle des contextes actuels de la Guinée et de l’Union Européenne, d’une compréhension mutuelle des enjeux et des principaux défis liés aux différentes thématiques, l’identification des acquis et des perspectives concernant les thématiques traitées et trouvé un consensus sur les engagements mutuels résultant des travaux du dialogue.

Source : Cellule de Communication du Gouvernement

FONCTION PUBLIQUE : la rencontre SLECG-l ’Etat reportée…

in Actualités/Société

La rencontre qui devait avoir lieu hier entre, d’une part, le gouvernement, et de l’autre, le Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG) et l’Union syndicale des travailleurs de Guinée (USTG) sur l’officialisation du comité mixte en charge de l’assainissement du fichier des fonctionnaires de l’Education, a été finalement reportée. Aucune nouvelle date n’a été proposée, selon le compte-rendu qu’en a fait le secrétaire général du SLECG, Aboubacar Soumah.


Sur les raisons de ce report, Aboubacar Soumah précise : « Cette rencontre n’a pas eu lieu parce que tout simplement un des ministres signataires de l’arrêté était absent. Il serait rentré hier nuit et devra procédera à la signature du document aujourd’hui », a expliqué le leader du SLECG. Selon lui, il s’agit d’un acte officiel qui va permettre à la commission de siéger et d’élaborer un programme faisant appel à tous les agents recenseurs qui seront soumis à une formation avant d’être déployés sur le terrain.

 Sur la question liée à la désignation du conseiller à la présidence, chargé de l’Education nationale, Pr. Amadou Bano Barry, le Secrétaire général SLECG  a indiqué : « Nous avons accepté le Pr. Amadou Bano Barry parce qu’il est venu sur instruction du Chef de l’Etat. Nous allons ensemble élaborer un nouveau fichier et il sera contraire au fichier que lui a déjà établi ».

Balla Yombouno

Partager

L’article FONCTION PUBLIQUE : la rencontre SLECG-l ’Etat reportée… est apparu en premier sur ledjely.com.

Affaire de 3ème mandat: Kiridi Bangoura tranche « si le peuple réclamait une nouvelle République, personne ne pourrait y faire obstacle… »

in Actualités/Politique
Alors la polémique concernant un éventuel 3emandat d’Alpha Condé s’intensifie de plus en plus, le ministre d’Etat secrétaire général à la Présidence entre dans la danse. Dans un entretien ce mercredi matin avec nos confrères de RFI, Kiridi Bangoura a déclaré que si le peuple réclamait une nouvelle République, personne ne pourrait y faire obstacle. « (…) Il y a un débat sur la constitution et l’éventualité d’un 3e mandat en Guinée. Certains sont pour d’autres sont contre mais c’est ça la démocratie. Si le peuple décide demain qu’il faut une nouvelle république, on en parlera… Ni Cellou ni Alpha ne peuvent décider à la place du peuple’’, a-t-il déclaré.

Une nouvelle République qui serait du coup un boulevard pour un 3e mandat du Président guinéen.

 

N’Zérékoré : la forêt du 1er mai devenue un nid de bandits

in Actualités/Société

Située au quartier Horoya non loin du gouvernorat, la forêt du 1er mai est devenue un nid de malfrats à N’Zérékoré. A longueur d journée, les riverains sont victimes de vol, de , braquage, de viol, voire même de meurtre, a constaté surplace lecourierdeconakry.com

La forêt du 1er mai représente de nos jours un véritable danger pour les riverains et passant. Ils sont souvent victimes d’attaque ou de vol de la part des délinquants qui s’y réunissent pour consommer des stupéfiants.

‹‹ Cette forêt est devenue un nid de bandits. On y rencontre beaucoup de choses. Un moment donné, on y agressait les femmes pour leur retirer leurs objets. Parfois, ils (les bandits, ndlr) entrent dans les maisons pour voler les biens. C’est à cause de ça que moi j’ai pris la peine de défricher l’entourage de ma concession. Je suis toujours victime de vol. Mes ustensiles de cuisine, les habits de mes enfants, on vole tout ici››, témoigne une dame qui habite au bord de cette forêt.

Comme cette femme, les élèves et encadreurs du lycée-collège Général Lansana Conté, situé à quelques mètres de cette forêt, affirment être sous menaces.

Traverser seul la forêt du 1er mai est un risque, surtout pour les jeunes filles. Souvent des cas d’agression ou de viol sont souvent signalés dans cette forêt.

‹‹ Dans les environs de 14h quand les filles sortent, il y a des voyous qui quittent la forêt pour les agresser, violer ou arracher leurs portables ››, se plaint Mory Traoré, Principal de cette école.
Interpellé sur le sujet, le préfet Sory Sanoh se dit conscient de la situation. Il promet de prendre des dispositions pour débarrasser cette forêt des bandits qui nuisent à de paisibles citoyens.

‹‹ Cette forêt est devenue un casse-tête pour nous les autorités. Les bandits tombent sur les gens là-bas. Il y a même parfois des cas de viol. Ça, nous le regrettons. Mais si Dieu le voudra, le maire et moi allons prendre toutes les dispositions contre ça. On va organiser des patrouilles dans cette forêt ››, a-t-il rassuré.
Par le passé, cette forêt servait de lieu de révision aux candidats aux différents examens. A cause de l’humidité et le calme, il était un cadre approprié pour mémoriser les cours. Mais voilà que cet endroit convoité avant est devenu de nos jours un lieu craint.

En attendant que cette mesure ne soit appliquée, les habitants des quartiers riverains de cette forêt vont devoir prendre leur mal en patience.

Mamady 2 Camara, correspondant à N’Zérékoré

L’article N’Zérékoré : la forêt du 1er mai devenue un nid de bandits est apparu en premier sur Lecourrierdeconakry.com.

Guinée : les populations riveraines de Dar-Es-Salam 2, confrontées à d’énormes problèmes de santé publique

in Actualités/Société

Les populations riveraines de Dar-Es-Salam 2,
commune de Ratoma dans la capitale Conakry se trouvent de nos jours confronté à
d’énormes problèmes de santé publique.

Le Gouvernement avait demandé aux populations de
quitter les lieux mais en vain les efforts n’ont pas portés fruit.

Rencontré le mardi, 29 janvier, Dr Jacques Soubana
Kamano, médecin chef  d’une clinique se
trouvant dans les environs de la décharge, on ne peut pas tout dire sur
l’impact que la poubelle a, sur la population riveraine.

« Si nous prenons par exemple les maladies
pulmonaires, c’est vrai la première consultation ici c’est le paludisme, on a
toujours eu des patients qui viennent avec une infection respiratoire
pulmonaire et là c’est très compliquer. Parfois il y a des personnes qu’on
réfère à l’hôpital Donka où à Ignace Deen ».

Pour une petite histoire, se souvient le médecin,
j’ai eu à référer une maman d’une cinquantaine d’années à Donka. Après les
examens, son médecin lui a conseillé d’arrêter de fumer la cigarette. C’est
après un long échange que le médecin s’est rendu compte que la vielle femme
habite à côté de la décharge de Dar-es-Salam.

Outre que ces maladies pulmonaires, selon Dr Kamano,
nous enregistrons aussi  des blessés
graves au niveau de ce dépotoir notamment des enfants à la recherche de barres
de fer et autres matières plastiques pour les vendre.

« Nous sous-estimons la fumée. Si la fumée est là
c’est malgré nous. Nous nous sommes battus pour que l’Etat fasse tout pour nous
débarrasser cette montagne d’ordures, mais en vain », regrette le chef de
quartier Dar-es-Salam2, Charles Damba.

Pour Salifou Camara diplômé en licence, en chimie
alimentaire à l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry que notre reporter a
rencontré devant sa porte sous le poids de la fumée, le dépotoir  est en train de causer beaucoup de problèmes
aux populations riveraines.

Pendant la saison sèche selon lui, la fume enveloppe
nos maisons nous créant des maladies et pendant la saison pluvieuses c’est la
boue et des eaux souillées dégageant des odeurs insupportables.

Tafsir
Bah

Etats-Unis : Florentin Pogba rejoint Atlanta United coaché par Frank de Boer

in Actualités/Sport

Alors qu’Elche avait été convaincu par son essai, Florentin Pogba a planté le club de D2 espagnol pour partir à Atlanta, en MLS. Testé début janvier par Elche (17e de D2 espagnole), Florentin Pogba, libre depuis son départ de Gençlerbirligi (D1 turque) l’été dernier, avait convaincu le club espagnol de le recruter, malgré le coût […]

Institution : Honorable Claude Kory Kondiano en visite au Maroc

in Actualités/Economie/International

Dans le cadre du renforcement et la consolidation des relations parlementaires entre la Guinée et la Maroc, le Président de l’Assemblée Nationale de Guinée, Honorable Claude Kory KONDIANO séjourne depuis lundi dernier du côté du Rabat au Maroc.
L’Honorable Claude Kory Kondiano, a saisi l’occasion pour exprimer ce mardi à Rabat, sa volonté de renforcer les relations historiques entre le Maroc et la Guinée-Conakry, et ce afin de les hisser aux plus hauts niveaux.

Dans une déclaration à la Presse à l’issue de ses entretiens avec la Secrétaire d’État chargée du Commerce extérieur, Rakiya Eddarhem, Honorable Claude Kory Kondiano a dit qu’il est : « nécessaire d’organiser des journées d’informations économiques et rencontres entre les opérateurs économiques des deux pays. Donc, identifier les opportunités d’affaires au Maroc et en Guinée », a-t-il a souligné.
La mission du Président de l’Assemblée nationale prend fin ce mercredi 30 janvier 2019.

Oumar M’Böh pour lecourrierdeconakry.com

L’article Institution : Honorable Claude Kory Kondiano en visite au Maroc est apparu en premier sur Lecourrierdeconakry.com.

Cameroun : l’opposant Maurice Kamto a été interpellé par la police à Douala

in Actualités/International/Politique

Le leader du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) a été arrêté à Douala, lundi dans la soirée, alors qu’il se trouvait au domicile d’Albert Dzongang, l’un de ses partisans. Il serait actuellement en cours de transfert vers Yaoundé.

Un rideau de policiers était massé, ce lundi soir, devant le domicile de l’opposant Albert Dzongang, à Douala. À l’intérieur se trouvait le leader de l’opposition camerounaise, Maurice Kamto, candidat malheureux à la dernière présidentielle. Vers 20 heures locales, après un long siège, les agents de la police ont finalement interpellé le leader du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) vers les locaux de la police judiciaire, préalable à son transfert vers Yaoundé.

L’arrestation de Maurice Kamto est intervenue peu de temps après que l’esplanade de la résidence d’Albert Dzongang a été envahie par des militants du MRC. Ces derniers avaient été alertés à propos du placement en résidence surveillée du challenger de Paul Biya à la dernière présidentielle. « Le président du MRC est retenu au domicile d’Albert Dzongang depuis 15 heures. Il séjourne depuis samedi à Douala, où il s’est rendu pour soutenir ses camarades qui ont subi des violences au cours d’une marche pacifique », a indiqué à Jeune Afrique Me Emmanuel Simb, vice-président du MRC.  

Poursuivre la mobilisation

Maurice Kamto, qui continue de clamer sa victoire à la présidentielle, était apparu au cours d’une marche, samedi soir, pour dénoncer un « hold-up électoral ». Il avait notamment appelé ses sympathisants à poursuivre la mobilisation, après la répression musclée observée au cours des marches organisées plus tôt dans la journée. Play Video

Au cours de ces manifestations, 117 personnes personnes avaient été interpellées sur l’ensemble du territoire camerounais, selon des sources officielles. À Yaoundé, 16 personnes étaient toujours détenues lundi, selon les responsables du MRC. « Nos militants des villes de Mbouda et Dschang sont en garde à vue administrative. Certains ont été libérés à Yaoundé, mais 16 sont toujours dans des cellules, dont deux en garde à vue administrative. Il s’agit de Paul Eric Kingue et de Valsero », a indiqué un officiel du parti.

Arrestations en masse

Les interpellations de militants du MRC se sont poursuivies lundi 28 janvier. Selon des sources concordantes, des éléments de la police se sont présentés à l’hôpital général de Douala, où ils ont procédé à l’arrestation de l’opposant Célestin Ndjamen. Ce dernier y suivait des soins, après avoir été blessé par une balle lors de la marche de samedi. « Nous avons été évacués de sa chambre par un bataillon de policiers ayant à leur tête un commissaire. Ils avaient un mandat d’arrêt. Les médecins se sont opposés à son interpellation mais ils ne voulaient rien entendre », rapporte une source témoin des faits, sous couvert d’anonymat. Le trésorier du MRC, Alain Fogue, a également été arrêté à Yaoundé.

Selon le ministre de la Communication, Réné Emmanuel Sadi, les personnes interpellées sont accusées d’avoir « proféré des revendications infondées ». Il a jouté que les intéressés se sont exposés « aux sanctions prévues par la loi ». Pour le ministre de l’Administration territoriale, le MRC s’expose à une suspension provisoire ou définitive « si les indices, concordants, de troubles à l’ordre publique sont établis ».

jeune afrique

1 2 3 14
Go to Top